Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de P.E. et J.F.
  • Le blog de P.E. et J.F.
  • : Nous voici sur un blog pour vous faire partager un peu de nous. Nous l'avons créer pour nous détendre, partager qui nous sommes et être aussi le blog qui fait de nous des messagers de nos passions. Et elles sont diverses et plus ou moins communes. Nos passions : La n° 1 : Dieu le Père, Jésus-Christ le Fils, et l'Esprit Saint qui nous anime. La n° 2 : la Famille. La n° 3 : l'Eglise universelle et l'église locale. La n ° 4 : Madagascar. Avec son paysage, sa culture, ses coutumes et traditions
  • Contact

Profil

  • P.E.& J.F.
  • Nous voici : les auteurs du blog MALALA, notre Blog sur nous :1 couple mixte marié,vivant en Eure et Loir. Lui,Français d'origine Portugaise.Elle,Malgache.
 MALALA ,en français CHERI(E), mot d'origine malgache. MALALA Ô désigne Notre Dieu d'Amour.
  • Nous voici : les auteurs du blog MALALA, notre Blog sur nous :1 couple mixte marié,vivant en Eure et Loir. Lui,Français d'origine Portugaise.Elle,Malgache. MALALA ,en français CHERI(E), mot d'origine malgache. MALALA Ô désigne Notre Dieu d'Amour.

L'actu du Topinfo

Référencement chrétien


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 13:44

«Pourquoi le drame malgache vous laisse-t-il de marbre?»

PLAINTE | Depuis Genève, un collectif d’avocats attaque en justice la Haute Autorité transitoire qui a évincé le président élu de Madagascar et réprime depuis des mois ses partisans.

© FABIO CHIRONI |  Me Hanitriniaina Razafimanantsoa. L’avocate représente un collectif de 70 confrères.

ANDRÉS ALLEMAND | 27.06.2009 | 00:03

«Plus d’une centaine de personnes sont déjà décédées depuis janvier. Et cela dans l’indifférence internationale la plus totale. Le bilan est peut-être même plus lourd, car les violences n’ont pas cessé. Tous les jours on tire sur des femmes et des enfants. Arrestations arbitraires, perquisitions brutales et viols se multiplient contre les partisans du président renversé. Des centaines de bâtiments ont été incendiés, tant de gens ont été pris au piège par les flammes… Il est temps d’agir. Nous allons déposer une plainte devant la Cour pénale internationale.»

Me Hanitriniaina Razafimanantsoa en a assez d’attendre que le village planétaire s’émeuve enfin du drame vécu sur son île. L’avocate malgache représente un collectif de 70 confrères très remontés contre la Haute Autorité de transition (HAT) d’Andry Rajoelina, l’ancien maire de la capitale qui a évincé le président élu Marc Ravalomanana. Partie il y a trois jours d’Antananarivo, elle a donné une conférence de presse à Genève hier, jour de la fête nationale malgache.

Plainte devant la Cour pénale internationale

A ses côtés, l’avocat genevois Me Charles Poncet enchaîne: «Pour notre part, nous représentons un tour de table d’investisseurs suisses qui protestent contre les attaques menées sur Tiko, le groupe agroalimentaire de Marc Ravalomanana. Nous allons adresser cet été une demande d’indemnisation au Cirdi, le Centre international de règlement des disputes en matière d’investissements. Parallèlement, nous voulons essayer d’intéresser Luis Moreno Ocampo, le procureur général de la Cour pénale internationale, aux violations des droits de l’homme commises à Madagascar.»

Soit. Mais au fond, qu’est-ce que cela changera sur le terrain? La bataille n’est-elle pas perdue d’avance? Après tout, Andry Rajoelina dispose du soutien du haut commandement militaire, suite à une mutinerie dans l’armée malgache. Sans doute. «Mais la population est de plus en plus désespérée, affirme Me Razafimanantsoa. Le budget de l’Etat dépend en grande partie de l’aide internationale, qui a été suspendue depuis que la Haute Autorité de transition a pris les rênes du pays. La production et la distribution des produits de première nécessité sont gravement déficientes depuis que les putschistes s’en sont pris aux principaux groupes agroalimentaires nationaux. Des milliers d’emplois sont perdus.»

Moins d’un dollar par jour

Madagascar n’avait vraiment pas besoin de ça. Selon les estimations de l’ONU, 70% des 20 millions de Malgaches vivent avec moins d’un dollar par jour. 

Repost 0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 13:34

Chacun a sa vision du 26 juin 2009 à Paris.
Nous vous proposons la notre, avec ces images de l’après-midi devant l’Ambassade de Madagascar à Paris.

Ceci découle de la réunion de deux groupes qui avaient deux missions séparées. La premier, si nous en croyons le site du GTT, que nous vous invitons à visiter pour visionner les diaporamas et vidéos, montait la garde sur la résidence de l’Ambassadeur, située Boulevard Suchet. Le deuxième qui s’est donné rendez-vous sur le parvis des droits de l’homme, au Trocadéro puis a marché en direction de l’ambassade.

Le clou de la journée est la réunion de famille, avec bien entendu la photo devant l’Ambassade de Madagascar à Paris. Le fait que cette photo ait été possible est pleine de significations étant donné les circonstances et évènements récents qui se sont déroulées tant à Madagascar qu’à Paris.

Source : http://mydago.com/

Repost 0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 13:26

Réflexions sur la vie politique malgache…

29 juin 2009

Moonwalk politique

— Ndimby A. @ 3:02

Le décès de Michael Jackson est une raison nécessaire et suffisante pour que je me permette de sortir (le temps d’un édito) de la retraite annoncée la semaine dernière. Dans le déferlement médiatique que nous rabâchent jusqu’à épuisement les chaines internationales depuis deux jours, j’ai retenu une information qui m’a donné envie d’écrire. Evan Chandler, celui qui avait défrayé la chronique en 1993 en accusant Michael Jackson d’attouchements sexuels, a avoué avoir menti. La raison : le garçon aurait été obligé par son père Jordan, qui avait vu dans ce stratagème le moyen de sortir de la pauvreté. Maintenant, le jeune Chandler s’auto-absout d’un « I’m sorry ». C’est bien peu cher payé de s’en sortir ainsi après avoir détruit la réputation d’un homme innocent.

En attendant, cette manipulation aura couté à la star 22 millions de dollars pour étouffer l’affaire, et faire en sorte que les parents retirent la plainte. Quelques années plus tard, d’autres parents d’un autre enfant tenteront d’exploiter le filon, en vain. Mais ces accusations de pédophilie contribueront à fragiliser la star, physiquement et psychologiquement déjà en mauvais état depuis longtemps. Comment alors s’étonner que sa dépendance aux tranquillisants et autres médicaments soit allée crescendo avec le temps, jusqu’à aboutir au drame que l’on sait dans la nuit de jeudi dernier.

Entre mensonges et demi-vérités

Jalousie, argent, célébrité. Le triptyque diabolique aura donc fait son œuvre. Je n’ai jamais été un Jackson-maniaque. Mon tempérament d’ours mal léché me rend imperméable à la magie des pistes de dance, des grands mouvements de foule, aux trépidations des rythmes effrénés de la musique, à l’étrange beauté du moonwalk,  et aux cris hystériques des groupies pendant les concerts. En fait, il aura fallu que mes sens soient bassinés en boucle par ces reportages sur la vie et l’œuvre de Michael Jackson pour que je me rende compte que c’était finalement un grand artiste. Mais bon, ceci étant dit, je ne perds pas grand-chose en le découvrant maintenant.

Par contre, ce qui m’intéresse, c’est de voir le lien entre la vie de Michael Jackson et la vie politique malgache. Aucun, me direz-vous ? Permettez alors au pseudo-sophiste, comme le qualifiait un de mes très respectables frères, de vous en trouver au moins un.

Le mensonge de Jordan Chandler, véhiculé et amplifié par les médias (« un scandale, ça fait toujours vendre car ça crée l’audimat »), la Justice (« une occasion en or de rabattre le caquet à ces stars qui se croient au-dessus du commun des mortels) et une armada d’avocats alléchés par le pactole (il n’y a pas que dans les marchés publics qu’on vit de pourcentages), aura enclenché le début de la fin pour Michael Jackson. Moralité : qui veut la fin veut les moyens. Pour détruire quelqu’un, créez une histoire invraisemblable, compensez le manque de vérité par beaucoup de décibels et de tam-tam médiatique, utilisez les réseaux qui grouillent en sous-terrain, et grâce à la propagande, le mensonge deviendra vérité. On croirait lire le manuel du savoir-vivre à Madagascar, surtout dans le domaine politique. Ny marina mitavozavoza tsy maharesy ny lainga tsara-lahatra (la vérité mal expliquée ne résiste pas face au mensonge bien présenté).

D’où vient la crise actuelle ? De la manipulation de l’opinion publique, sur la base de faits réels ou supposés, mais dans tous les cas gonflés à l’extrême pour diaboliser Marc Ravalomanana. L’avion Air Force One number two, les exonérations et autres avantages de Tiko, mais surtout l’affaire Daewoo sur laquelle personne ne sait rien de précis, mais qui est tout à coup devenue un crime sacrilège dans l’opinion publique grâce à la propagande. Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage (ou pire, qu’il joue avec les boucs). Et quand on veut faire le marketing de sa poule, on dit qu’elle pond de l’or. Une fois Ravalomanana présenté comme le diable, Rajoelina allait donc gagner par contraste des allures messianiques. Il est jeune, il a un beau sourire Colgate, il aime sa patrie, il va nous sauver, il va créer un nouveau Madagascar rempli de démocratie et de bonne gouvernance. Pour un peu on nous dirait qu’il va combler le trou de la couche d’ozone, découvrir le médicament contre le HKN1, et récupérer les boites noires introuvables de l’Airbus A330 d’Air France au large du Brésil.

Un proverbe français dit « vérité en deçà des Pyrénées, mensonge au-delà ». Car la Vérité a de multiples visages dans l’espace, mais aussi dans le temps. Fait-on face à un coup d’État ? Qui est responsable du massacre du 7 février 2009 : ceux qui ont fait tirer, ou bien ceux qui ont amené la foule là ? La communauté internationale a-t-elle raison de ne pas reconnaitre le pouvoir de transition ? Le traitement accordé par les mutins au pasteur Rasendrahasina était-il acceptable ? Qui est le cerveau des pillages du lundi 26 Janvier, en vue de fragiliser l’autorité du gouvernement Rabemananjara, créer la psychose et détruire l’empire économique de Ravalomanana ?

Autant de questions sur lesquelles le manifestant du Magros ou le gros bras orangé de la Place du 13 mai auront des points de vue différents. La Vérité absolue finira bien par éclater un jour (si elle existe). Ainsi, la victoire prétendue au premier tour de Marc Ravalomanana en décembre 2001, s’est finalement révélée avec le temps une supercherie. Celle-ci était cautionnée par la classe politique de 2002, qui n’avait aucun projet, mais une fixation qui a déplacé les montagnes : à coups de « Minoa fotsiny ihany », Ratsiraka est parti. Il est donc quasi-certain que dans quelques années, on aura un regard différent et plus lucide sur cette pseudo Révolution orange de 2009 (pseudo, car en Ukraine l’orange était signe de révolution pacifique) et ses artisans. Avec le temps, on verra (une fois de plus, une fois de trop) que nos hommes politiques sont aussi des grands spécialistes du Moonwalk de Michael Jackson : faire semblant d’avancer en reculant. Et après, on s’étonne que Madagascar fasse du surplace depuis le retour à l’Indépendance.

Terrorisme vita Malagasy

Actuellement, le fait non divers qui se trouve à la une des journaux est l’arrestation annoncée par la Gendarmerie de terroristes poseurs de bombe. Le citoyen que je suis ne peut que s’en réjouir, et féliciter les auteurs de ce coup de filet. Étant de surcroit réfractaire à toute barbarie, je demande à ce que les peines les plus sévères prévues par la Loi soient appliquées contre ces poseurs de bombe et leurs commanditaires, quels qu’ils soient. Car créer la psychose des endroits publics et mettre en danger des vies innocentes est inadmissible, et d’autant plus pour des motifs politiques. Donc, que la justice s’applique contre tous les terroristes : les poseurs de bombes, ceux qui tirent sans sommation dans les rues publiques sans zone rouge (Amparibe, Ambohijatovo), ceux qui trouent le crâne des bouquinistes, mais aussi ceux qui organisent la défense de Place publique à coups de gros bras, juste pour faire peur à ceux et celles qui voudraient s’y réunir.

Pour en revenir aux poseurs de bombes artisanales de ces derniers jours, qui sont ces terroristes ? Laissons l’enquête suivre son cours, en formant le vœu que la Justice soit comme dans les cours de Droit : sereine et équitable. Espérons donc que la célérité avec laquelle il a été annoncé que ces terroristes étaient en majorité des employés de Tiko, ne se révèle pas dans quelques années être un coup à la « Jordan Chandler », juste pour contribuer à la diabolisation de Marc Ravalomanana. Car force est de constater qu’à Madagascar, la confection de dossiers pénaux pour nuire à ses adversaires politiques est une tradition depuis longtemps. Le régime Ravalomanana en avait usé, et le régime de transition semble vouloir malheureusement faire un copier-coller de ces fâcheuses habitudes. « I’m sorry » a dit (en malgache), mais un peu tard, l’ancien patron de Tiko pour tenter de se faire pardonner ses abus.

Mais le terrorisme, c’est aussi abuser des prérogatives que donnent la force publique et les uniformes officiels. On se souvient des péroraisons d’un officier au lendemain de l’arrestation de Lala Rasendrahasina et de son garde de corps à l’Episcopat d’Antanimena : ledit garde du corps aurait été arrêté car « selon les informations », il était un des responsables des tirs à Ambohitsirohitra le 7 février 2009. Puis au lendemain de l’arrestation de M. Ralitera, le Directeur de la sécurité de la Haute cour constitutionnelle (HCC), on a resservi la même salade. Puis (encore) lors de l’arrestation des gardes de corps de Manandafy. Le seul problème, c’est que le procès et les preuves contre tout ce beau monde tardent à venir. Idem pour les députés arrêtés ou le fils de Vola Dieudonné Razafindralambo, qui devraient pourtant être présumés innocents jusqu’à ce qu’ils soient déclarés coupables, du moins si l’on en croit les règles du Droit. Mais il est vrai que si à Madagascar on peut donner des leçons à Amnesty International en matière de respect des droits de l’homme, on peut sans doute aussi donner des leçons de droit. Question : l’enquête précède-t-elle l’arrestation, ou le contraire ?

« La véracité n’a jamais figuré au nombre des vertus politiques, et le mensonge a toujours été considéré comme un moyen parfaitement justifié dans les affaires politiques » décrivait avec pertinence la philosophe américaine Hannah Arendt. Pour être un bon politicien, il faut donc être un bon menteur, et savoir faire avaler sans sourciller les pires couleuvres à la foule. Lui dire de beaux mots d’amour tels que « liberté, démocratie, meilleur avenir, je vous aime et je vous veux du bien ». Tout en pratiquant sous ses yeux des actes qui démontrent le contraire. Et la foule, bonne poire stupide, est non seulement contente de se faire cocufier sous ses propres yeux, mais excusera toutes les bêtises, jusqu’au jour du trop-plein qui se nommera crise politique. Comme une maitresse un peu simplette, trouvant normal et excitant que son amant l’honore tout en téléphonant à son épouse, avant qu’il ne se fende d’un « I’m sorry ». Mais bon, s’il y a des palefreniers, c’est parce qu’il y a des bécassines. Tant pis pour la foule. Même si le cinéma dure depuis 49 ans.

________________ 

 P.S : dans la même veine des demi-vérités de nos hommes politiques, il semblerait que les services de Benja Razafimahaleo, Ministre des Finances, aient arrosé la presse locale de l’information comme quoi il aurait réussi à amadouer le Président de la Banque mondiale lors d’une rencontre aux Etats-unis, et que cette institution va reprendre ses financements. En début de soirée de dimanche, en réponse à une demande de confirmation de notre part, la Banque mondiale a envoyé un communiqué laconique dont la dernière phrase est assez intéressante. Il y est dit que « jusqu’à présent, il n’y a pas eu de contacts entre les membres du Gouvernement de Transition et la Direction exécutive de la Banque mondiale ». Il est vrai que M. Razafimahaleo est sur la sellette actuellement, et tente de créer beaucoup d’agitation autour de sa personne pour se montrer utile et efficace, et éviter un remaniement.

Source : http://fijery.wordpress.com

Repost 0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 13:05

lundi 29 juin 2009

Manoloana ny zava-mitranga eto an-Tanindrazana izay ahitana soritra ny fiverenan'ireo mpanjanaka mifehy ny Tanidrazantsika; manoloana ihany koa ny ezaka ataon'ny Frantsay hanaporofoana fa tsy misy soa ho azy ny ho ao ambadik'izao fanonganam-panjakana izao, ka mody ataony hoe dia tsy ao ambadiky ny raharaha eto izy izany (!!!), dia misy izay tsara aparitaka ho ren'ny namana sy ny olona tsara sitrapo eran-tany ireto alefa aminareo ireto.

Io sary eo ambany io dia nalaina tao @ rapport BEPH (bureau administratif petrolier francais)dec2008, nampifanindrina t@faridranomasiny Madagascar ka misy ampahany faritra malagasy tafiditra tao anatin'io contrat io ary tsisy henatra tsisy tahotra ny frantsay nivarotra ny tanin'ny gasy t@ company roc oil.
jereo ity site ity dia téléchargeo ny rapport decembre2008 fa ao ny mombamomban'ilay contrat pétrolier: [www.industrie.gouv.fr]

Frantsa any @ 10.000km de Madagasikara ve dia ho tompon'io? Amin'izay indray ao no tena be petrole? Tsy ekena, mpangalatra, mila toriana. Tsy maintsy miverina amintsika fa tanintsika io. Tsy any Mayotte io na ao La Reunion, fa mazavabe, an'i Madagasikara io nefa dia tsy naverina ho an'i Malagasy mihitsy na dia efa nahazo ny fahaleovan-tena aza ny Fireneny.

Ny fisian'io tany io dia nafenimpenina tamin'ny Malagasy ao Madagasikara hatramin'izay. 4,4Km² fotsiny no velaran'io nosy io ary eo anelanelan'i Besalampy sy Maintirano no misy azy. Raha ny hakelin'io nosy io no jerena dia tsy tokony ho hisy tombotsoa ho an'i Frantsa mihitsy ny hibodo azy io; tsy misy afatsy terrain d'aviation lehibe (mahazaka cargo lehibe genre B-52 sy Transall) sy station meteo ary toby ho an'ireo frantsay miasa amin'iny faritra iny ao amin'io nosy io. Ny fihehezana ny faritra manodidina sy ny petrole ao amin'iny faritra iny no tena antony hifikiran'ny frantsay io nosy kely io. Manakaiky io nosy kely io mantsy dia misy plattform offshore frantsay mitroka ny petrole malagasy efa ho ampolo taona maro izao, tsy azon'iza na iza lalovana iny faritra iny fa misy garde côte frantsay mitsena sy misakana ary mandroaka an'izay sambo mandalo eny mba hiala lavitra raha vao manakaiky iny faritra iny.



Source : Vaovao Malagasy
vaovaomalagasy@gmail.com
Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 23:03
Le directeur de la radio Fahazavana s’est rendu à la Gendarmerie samedi. Sa femme a été immédiatement relâchée par les gendarmes à son arrivée. La maison du directeur de la radio Fahazavana a fait l’objet d’une perquisition jeudi. N’ayant rien trouvé, les éléments de la gendarmerie ont emmené la femme du directeur et l’ont retenu ainsi jusqu’à samedi. De l’avis de l’entourage du directeur de la radio, la femme de celui – ci a été ainsi prise par les forces comme un otage pour faire venir le directeur de la radio. Une interprétation qui peut se vérifier a confié un collaborateur de la radio vu que quand le directeur s’est rendu de lui – même, sa femme a été relâchée. Après enquête, le directeur de la radio a été libéré dans la soirée.

L’on ignore encore l’objet de la perquisition ni ce qui est véritablement reproché au directeur de la radio, mais beaucoup estime que cela à avoir avec le mouvement légaliste qui dure depuis près de quatre mois maintenant pour s’opposer à la HAT. La radio Fahazavana est la seule radio qui diffuse en grande couverture le mouvement légaliste. La radio est la propriété de l’église protestante FJKM, dont le Président, le pasteur Lala Rasendrahasina avait été victime de sévices de la part des militaires mutins le 17 mars 2009.
Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 23:01
Marc Ravalomanana se trouve actuellement en Lybie. Au cours d’une intervention téléphonique durant le rassemblement des légalistes samedi, le Président Ravalomanana a annoncé qu’il va assister à des réunions de 3 à 5 jours. Il va rencontrer les Présidents qui vont assister au sommet qui se tiendra à Tripoli. Selon le Président, il aura ainsi l’occasion d’expliquer la situation et de demander aux Présidents ce qu’ils pourront faire parce que les malagasy attendent impatiemment son retour au pays.
Durant cette intervention téléphonique, le Président Ravalomanana a déclaré que tous seront entrepris pour établir une démocratie, la légalité et le respect de la constitution dans le pays qui ne pourront plus être ébranlés. La priorité a été donnée au développement économique du pays, à la sécurité sociale et surtout à l’éducation des enfants et leur santé mais à partir de maintenant tout sera pris en compte a – t – il déclaré pour que la jeune démocratie qui existe ne soit plus troublée. Il a appelé ceux qui ont commis le coup d’Etat à tenir compte de l’avenir des descendants. Il y a une fin à toute chose a déclaré Marc Ravalomanana.

Le Président n’a pas manqué de commenter les arrestations perpétrées contre des légalistes dernièrement. Le Président de déclarer qu’il a le cœur lourd de tristesse face à ces arrestations arbitraires. Les arrestations des légalistes se poursuivent, jeudi, un des leaders du mouvement a été arrêté après sa sortie du rassemblement au Magro. Il avait été arrêté avec son garde du corps et une manifestante. Vendredi, d’autres manifestants ont été arrêtés après une dispersion musclée effectuée par les forces vers la fin de l’après – midi.

« Vous connaissez tous que ce qu’ils veulent faire c’est faire à ce que vous ne veniez plus nombreux comme aujourd’hui. Non, cela ne fera qu’attiser votre ferveur. Ne vous laissez pas faire, poursuivez vos efforts, gardez patience » a encouragé le Président Ravalomanana. Un pouvoir qui a été dérobé ne dure jamais a déclaré le Président. Lui de réitérer qu’il reviendra au pays et qu’il travaillera avec les malagasy au redressement et au développement du pays. Le calvaire de la population malagasy aura une fin a annoncé le Président sous l’acclamation des milliers de légalistes réunis au Magro.
Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 22:59
Yves Aimé a été relâché samedi après avoir été détenus par le CNME deux jours. "Le député Mémé" a été arrêté jeudi à sa sortie du rassemblement des partisans de la légalité au Magro Ankorondrano. Il a été appréhendé par des forces policières cagoulées qui avaient filé sa voiture sur plus de 300 mètres. Il a été arrêté avec son garde du corps et une manifestante qui l’accompagnait. Le député Mémé est un des dirigeants du mouvement des partisans de la légalité, bien connu pour ses discours enflammés. D’après les informations, Yves Aimé a été relâché après avoir été enquêté durant ces deux jours de détention.
Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 22:58

dimanche 28 juin 2009

Pretoria, 28 June 2009

H.E. Marc Ravalomanana, President of the Republic of Madagascar, arrived in Sirte, Libya for the 13th African Union Summit where he will meet with other Heads of State to discuss the crisis in Madagascar.

President Ravalomanana will continue to work closely with all parties interested in finding a peaceful and lasting solution to the crisis in Madagascar. Following the Extraordinary Summit convened by SADC in Johannesburg last weekend, where he met with several regional Heads of State, President Ravalomanana again declared his commitment to support the process of further dialogue endorsed by SADC and the AU. President Ravalomanana applauded SADC's efforts to help bring about a peaceful solution to the crisis.

President Ravalomanana remains deeply concerned for the Malagasy people who have continued to suffer under the illegal regime following an unconstitutional change of government in March.
Repost 0