Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de P.E. et J.F.
  • Le blog de P.E. et J.F.
  • : Nous voici sur un blog pour vous faire partager un peu de nous. Nous l'avons créer pour nous détendre, partager qui nous sommes et être aussi le blog qui fait de nous des messagers de nos passions. Et elles sont diverses et plus ou moins communes. Nos passions : La n° 1 : Dieu le Père, Jésus-Christ le Fils, et l'Esprit Saint qui nous anime. La n° 2 : la Famille. La n° 3 : l'Eglise universelle et l'église locale. La n ° 4 : Madagascar. Avec son paysage, sa culture, ses coutumes et traditions
  • Contact

Profil

  • P.E.& J.F.
  • Nous voici : les auteurs du blog MALALA, notre Blog sur nous :1 couple mixte marié,vivant en Eure et Loir. Lui,Français d'origine Portugaise.Elle,Malgache.
 MALALA ,en français CHERI(E), mot d'origine malgache. MALALA Ô désigne Notre Dieu d'Amour.
  • Nous voici : les auteurs du blog MALALA, notre Blog sur nous :1 couple mixte marié,vivant en Eure et Loir. Lui,Français d'origine Portugaise.Elle,Malgache. MALALA ,en français CHERI(E), mot d'origine malgache. MALALA Ô désigne Notre Dieu d'Amour.

L'actu du Topinfo

Référencement chrétien


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone

/ / /

La Mue

La mue est le renouvellement partiel ou total des plumes, elle a lieu une fois dans l’année. Elle suit en général la période de reproduction.
Mais la diversité des conditions et période d’élevage de chacun d’entre nous, fait qu’elle peut se produire à des périodes différentes.
Sa fonction est de compenser les plumes décolorées, cassées et usées.
Un bon plumage est primordial car la plume joue aussi un rôle essentiel dans la thermorégulation quelque soit le milieu ambiant où évolue l’oiseau.

Il existe deux types de mue

La mue juvénile :
C’est une mue partielle que l’on retrouve chez les jeunes oiseaux de l’année, elle commence au deuxième mois suivant la naissance.
Les tectrices, petites plumes qui recouvrent la tête, le corps, la base des ailes et de la queue sont renouvelés mais pas les grandes plumes rémiges et rectrices.

La mue des adultes :
Elle a lieu généralement après la saison de reproduction au début de l’été, elle commence à partir de la mi-juillet pour se terminer en septembre, soit environ une durée de six à huit semaines. Toutes les plumes de l’oiseau adulte sont concernées.
L’oiseau ne se retrouve jamais nu, les plumes de couvertures ne tombent jamais toutes simultanément afin de ne pas perturber le vol.
La mue s'effectue dans un ordre bien défini, d’abord les rectrices, puis les rémiges et pour finir toutes les autres plumes du corps.
Dès qu’une vieille plume meurt, une nouvelle commence à pousser, à condition que la plume qui est remplacée ne soit plus ancrée dans le follicule.
Les nouvelles plumes poussent tout d’abord sous une forme de tiges pointues et perdent peu à peu leur revêtement fourreau, souvent arraché par l’oiseau qui peigne son plumage pour s’en débarrasser.
Au départ de la repousse, la nouvelle plume est foncée de la base à mi-hauteur le long de la tige du fait qu’elle contienne du sang.
Pendant la mue, les plumes des oiseaux sont poudreuses, ce sont les nouvelles plumes qui secrètent cette couche de sous plumes, qui contribue à sa lubrification et à sa protection.
Cette période est délicate pour l’oiseau, car il y laisse une grande quantité d’énergie corporelle qui soumet l’organisme à de gros efforts ce qui laisse l’oiseau à la merci de risque de maladie.
Les os sont fragilisés par le fait que le calcium assimilé soit principalement utilisé à la fabrication des nouvelles plumes.

On peut éventuellement donner des apports de protéines, sels minéraux et acides aminés afin de les aider dans cette période critique. On trouve dans les commerces différents produits très bien adaptés.

Quelques conseils pour que la mue se déroule dans de bonnes conditions :
-Des oiseaux en bonne santé
-Une alimentation bien adaptée
-Une chaleur constante dans la pièce d’élevage
-Le bain donné fréquemment
Mais si l'oiseau est malade ou souffre de carence, la mue pourra être partielle, longue voir retardée.

D’autres mues existent, mais ce sont des mues liés à des problèmes ou maladies :

La mue chronique :
C’est une chute des plumes qui persiste en permanence, elles tombent anormalement, surtout sur la tête et le cou.
Ce qui la provoque :
-Une irrégularité et de brusques changements dans la durée d’éclairage artificielle.
-Des variations de température.
-un excès d’humidité.
-Des carences alimentaires
-Le stress.
-Des troubles psychologiques.
-De mauvaises conditions de vie et d’élevage en générales.
Nous pouvons tenter d’y remédier en assurant à l’oiseau des conditions de vie plus stable, un rythme d’éclairage régulier, du calme et un apport en vitamines, protéines, sels minéraux et acides aminés.

La mue française
Même si le mandarin n’est pas (peu ?) concerné, il nous apparaît intéressant de la décrire ici
Ce sont des troubles du plumage sur les jeunes à la sortie du nid.
D’après certains scientifiques les troubles seraient dus à une insuffisance du lait pro ventriculaire, lait qui est secrété par la mère lors de la régurgitation. D’autres scientifiques pensent qu’elle serait d’ordre virale.

Ce qui la provoque :
Un élevage avec des conditions d’élevage déplorable.
Une reproduction intensive.

L’oiseau qui fait une mue française à un plumage irrégulier, sur son corps la chute des plumes est située de façon symétrique. Il possède des plumes cassantes, et ne peux voler. Nous pouvons prévenir ce problème en étant le plus hygiénique possible dans notre élevage, hygiène des nids et éviter des couvaisons trop rapprochées et trop nombreuses.

Il m’était impossible de faire un article sans parler du piquage, confondu par certain avec la mue.

Le piquage
Ce problème n’a rien à voir avec la mue. Ce n’est pas une maladie mais un trouble d’ordre psychologique. Le piquage est une mauvaise habitude, celle de s’arracher les plumes ou celle d’autres congénères. Lorsqu’un oiseau mue normalement, il s’arrache les plumes mortes afin d’accélérer les nouvelles. Mais lors du piquage, ces plumes sont arrachées avant la nouvelle mue et arrachées de nouveau lors de la nouvelle pousse avant même d’atteindre la taille définitive et ce, tout le temps. Des trous important apparaissent alors dans le plumage, on peut ainsi voir malheureusement des oiseaux complètement déplumés. C’est une habitude vicieuse qu’il est difficile de faire partir.

Ce qui peut en être la cause :
-Une mauvaise hygiène.
-Une insécurité ou une vulnérabilité.
-Une surpopulation.
-Un déséquilibre alimentaire.
-Le stress.
-La frustration sexuelle.
-Un plumage sale dû, au manque de bain.
Nous pouvons prévenir ce problème ou tenter d’y remédier en étant le plus hygiénique possible dans notre élevage, donner des bains régulièrement même en hiver, donner un espace de vie suffisant en rapport avec le nombre d’oiseaux et éviter la surpopulation.
Si l’oiseau piqueur pique les autres, il faudra le mettre à l’écart.
Il arrive parfois que l’un des deux parents trop excité de refaire une reproduction, de s’accoupler, construire un nid, ou élever les oisillons se sente frustré et peut alors commencer un piquage. Il arrache alors les plumes des jeunes encore au nid ou tout juste sortis du nid. Ils n’ont plus de plumes sur la tête ou sur le dos. Il suffira pour y remédier de retirer le parent fautif et de laisser les jeunes avec l’autre qui sera capable de s’en occuper jusqu’au sevrage.

Lorsqu’un oiseau s’arrache les plumes anormalement, il faut surveiller également que ce ne soit pas un problème lié à une maladie parasitaire poux rouge où gris, puce grise. Regarder le ventre des oiseaux, dans les recoins de la cage ils s’y trouvent généralement, ainsi que dans les nids. Ils viennent sucer le sang de nos oiseaux la nuit, d’ou des démangeaisons qui s’en suivent et qui irritent la peau, l’oiseau se gratte alors sans arrêt. Ces poux ne sont pas rares dans nos élevages de mandarin et si vous avez ces problèmes sachez qu’il existe des produits radicaux pour l’élimination de ces parasites.

Pour conclure cet article sur la mue, nous tenons à rappeler les points qui nous semblent essentiels pour aborder la période de mue en toute sérénité pour nos oiseaux, pour éviter les problèmes et maladies qui peuvent y être liées et plus généralement pour le bien être de nos mandarins :
-une alimentation équilibrée et adaptée
-Un bain donné fréquemment, l’eau des fontaines changée régulièrement
-des conditions de vie correctes (pas de cages surchargées…)
-une bonne hygiène aussi bien dans la pièce d’élevage que dans le fond des cages.

Partager cette page

Repost 0
Published by