Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de P.E. et J.F.
  • Le blog de P.E. et J.F.
  • : Nous voici sur un blog pour vous faire partager un peu de nous. Nous l'avons créer pour nous détendre, partager qui nous sommes et être aussi le blog qui fait de nous des messagers de nos passions. Et elles sont diverses et plus ou moins communes. Nos passions : La n° 1 : Dieu le Père, Jésus-Christ le Fils, et l'Esprit Saint qui nous anime. La n° 2 : la Famille. La n° 3 : l'Eglise universelle et l'église locale. La n ° 4 : Madagascar. Avec son paysage, sa culture, ses coutumes et traditions
  • Contact

Profil

  • P.E.& J.F.
  • Nous voici : les auteurs du blog MALALA, notre Blog sur nous :1 couple mixte marié,vivant en Eure et Loir. Lui,Français d'origine Portugaise.Elle,Malgache.
 MALALA ,en français CHERI(E), mot d'origine malgache. MALALA Ô désigne Notre Dieu d'Amour.
  • Nous voici : les auteurs du blog MALALA, notre Blog sur nous :1 couple mixte marié,vivant en Eure et Loir. Lui,Français d'origine Portugaise.Elle,Malgache. MALALA ,en français CHERI(E), mot d'origine malgache. MALALA Ô désigne Notre Dieu d'Amour.

L'actu du Topinfo

Référencement chrétien


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone

13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 15:19

Requête envoyée par Zo Razanamasy - Rejetée par la CES
(13-11-2013) - La CES a pris ce 13 novembre la décision sur la requête aux fins de disqualification du candidat Hery Rajaonarimampianina. Requête envoyée par sieur Rakoto Andrianjo Razanamasy
Décision n°21-CES/D du 9 novembre 2013 relative à une requête aux fins de disqualification.

La Cour Electorale Spéciale,
Vu la Constitution ;
Vu l’ordonnance n°2001-003 du 18 novembre 2001 relative à la Haute Cour Constitutionnelle ;
Vu la loi organique n°2012-005 du 22 mars 2012 portant Code électoral ;
Vu la loi organique n°2012-015 du 1er août 2012 relative à l’élection du premier Président de la quatrième République ;
Vu la loi n°2011-014 du 28 décembre 2011 portant insertion dans l’ordonnancement juridique interne de la Feuille de route ;
Vu la loi n°2012-014 du 26 juillet 2012 portant création d’une chambre spéciale dénommée Cour Electorale Spéciale au sein de la Haute Cour Constitutionnelle ;
Vu la loi n°2013-008 du 1er août 2013 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2012-014 du 26 juillet 2012 portant création d’une chambre spéciale dénommée «Cour Electorale Spéciale » (CES) au sein de la Haute Cour Constitutionnelle ;
Vu l’ordonnance n°2013-002 du 12 août 2013 portant loi organique modifiant et complétant certaines dispositions de la loi organique n°2012-015 du 1er août 2012 relative à l‘élection du premier Président de la quatrième République ;
Vu le décret n° 2013-154 du 12 mars 2013 fixant les conditions d’application des dispositions de la loi organique n° 2012-015 du 1er août 2012 relative à l’élection du premier Président de la quatrième République ;
Vu le décret n°2013-606 du 9 août 2013 abrogeant le décret n°2012-978 du 7 novembre 2012 et constatant la nomination des nouveaux membres élus et désignés au sein de la chambre spéciale dénommée « Cour Electorale Spéciale » (CES) au sein de la Haute Cour Constitutionnelle ;
Les rapporteurs ayant été entendus ;
Après en avoir délibéré conformément à la Constitution et à la loi ;

Considérant que par requête en date du 04 Novembre 2013, Sieur Rakoto Rahasinina Andrianjo RAZANAMASY, élisant domicile au lot II H 41 M, Ankadindramamy, Antananarivo, ayant pour conseil Maître Rija RAKOTOMALALA, Avocat à la Cour, sollicite la disqualification du candidat Hery RAJAONARIMAMPIANINA, candidat n° 3 à l’élection présidentielle aux motifs qu’il y a eu utilisation de biens publics et des prérogatives de puissance publique, obligation des agents de l’Etat ou autorité politique ou fonctionnaire d’autorité à faire de la propagande, et diffusion de spot de campagne en dehors de la période de campagne à Toamasina le 24 octobre 2013 à 19 heures 15, achats de vote à Maroalakely, Commune Manakara le 25 octobre 2013;

Sur le moyen tiré de l’exercice de prérogatives de puissance publique
Considérant que la loi n°2012-005 portant Code électoral dans son article 134 alinéa premier dispose que « Sur demande de tout intéressé ou sur constatation de la Commission Electorale Nationale Indépendante ou de ses démembrements au niveau territorial, toute autorité politique, tout fonctionnaire d’autorité, civile ou militaire, candidats à une élection, ayant usé des prérogatives de puissance publique dont ils disposent pour influencer le choix des électeurs peuvent être disqualifiés. » ;

Que le candidat dont la disqualification est présentement demandée , tel qu’il ressort des pièces dont la Cour de céans dispose et notamment sa lettre n° 161-13/MFB/Mi du 23 août 2013, a démissionné de ses fonctions conformément aux exigences des articles 07 et 05 respectivement des lois n°2012-005 et n° 2012-015 susvisées;

Que, dès lors, n’étant plus une autorité administrative et, par là même, totalement étranger à l’administration, le candidat est insusceptible de détenir ou d’user des prérogatives de puissance publique qui consistent en des moyens reconnus juridiquement, que peut utiliser l’Administration afin de lui permettre de remplir des missions d’intérêt général, et ce en dépit même du consentement des administrés ;

Que le candidat en question ne peut être tenu pour auteur des faits à lui reprochés, en l’absence de ladite qualité d’autorité publique, principal critère exigé de l’auteur des faits en cause ;

Qu’en conséquence, le requérant ne peut valablement invoquer les dispositions de l’article 134 susmentionné ; qu’il y a lieu de rejeter la requête ;

Sur le moyen tiré de la diffusion de spot de campagne en dehors de la période de compagne
Considérant que l’article 40 de la loi n°2012-005 portant Code électoral dispose que : « La veille et le jour du scrutin, aucun candidat, ni ses représentants, ni ses comités de soutien ne peuvent faire une déclaration publique, sous quelque forme que ce soit, à la radio, à la télévision.» ;

Considérant que le requérant soutient que le candidat critiqué a bénéficié d’une diffusion de spot télévisé de campagne électorale sur la chaîne locale de télévision VIVA à Toamasina la veille du scrutin ;

Que de tels actes constituant une violation des dispositions pénales telles que prévues à l’article 155 du Code Electoral ne peuvent pas entraîner la disqualification d’un candidat; que dès lors, ce moyen ne peut qu’être inopérant ;

Sur le moyen tiré de l’utilisation des biens publics
Considérant que l’article 133 de la loi n°2012-005 portant Code électoral dispose que : « L’utilisation des biens publics ainsi que des prérogatives de puissance publique, à des fins de propagande électorale entraîne l’annulation des voix éventuellement obtenues par l’option ou le candidat ou la liste de candidats mis en cause, dans la ou les localités où l’infraction a été constatée, sans préjudice de l’application des peines prévues à l’article 154 du présent Code à l’endroit des personnes auteurs de l’infraction. » ;

Que les dispositions de l’article susmentionné ne concernant que l’annulation des voix obtenues, elles ne peuvent être valablement invoquées pour demander la disqualification d’un candidat ; qu’il y a lieu de déclarer le moyen inopérant ;
Sur le moyen tiré de l’achat de vote

Considérant que l’article 162 de la loi n°2012-005 portant Code électoral dispose que : «Tout vendeur et tout acheteur de suffrage sont condamnés chacun à une amende égale au double de la valeur des choses reçues ou promises. »
Que les faits prévus et visés par le présent article ne sauraient valablement motiver une quelconque demande de disqualification d’un candidat ; qu’en conséquence, le moyen ainsi invoqué ne peut qu’être inopérant ;

Sur le moyen tire de l’obligation des agents de l’état ou autorités politiques à faire de la propagande

Considérant que l’article 160 de la loi n°2012-005 portant Code électoral dispose que : « Ceux qui ont usé de contrainte ou d’abus de pouvoir assortis ou non de violence dans le but d’influencer ou de modifier le choix d’un ou plusieurs électeurs sont punis de cinq à dix ans d’emprisonnement et d’une amende de Ar.2.000.000 à Ar. 20.000.000 sans préjudice de l’application des peines plus fortes prévues par la loi.» ;

Que les faits prévus et visés par le présent article ne sauraient valablement motiver une quelconque demande de disqualification d’un candidat ; qu’en conséquence, le moyen ainsi invoqué ne peut qu’être inopérant ;
Considérant que de tout ce qui précède, la requête du Sieur RAKOTO Rahasinina Andrianjo RAZANAMASY est rejetée ;

Par ces motifs,
D é c i d e :

Article premier.- La requête de sieur Rakoto Rahasinina Andrianjo RAZANAMASY, aux fins de disqualification du candidat Hery RAJAONARIMAMPIANINA, est rejetée.

Article 2.- La présente décision sera publiée au journal officiel de la République.

Ainsi délibéré en son audience privée tenue à Antananarivo, le samedi neuf novembre l’an deux mil treize à neuf heures, la Cour Electorale Spéciale étant composée de :

Monsieur RAKOTOZAFY François, Président
Monsieur RAHARINARIVONIRINA Alisaona, Membre
Monsieur RAZAFINDRABE JOSOA Jean Clément, Membre
Monsieur RAMANGASON Jean Marie, Membre
Madame PELIARIMANANA Augustine Elysée, Membre
Monsieur RASIVIARSON Félicien, Membre
Monsieur RAKOTONDRABAO ANDRIATSIHAFA Dieudonné, Membre
Monsieur RAJERISON Arsène, Membre
Monsieur MAHAZAKA Clermont Gervais, Membre
Madame RANAMPY Marie Gisèle, Membre
Monsieur BEFOUROUACK William, Membre
Monsieur RANDRIANTSOA Mong Wai-Tune Serge Lucky, Membre
Monsieur ANJARARISON Ken, Membre
Monsieur IMBIKI Herilaza, Membre
Monsieur RABARISOA Andrianaina, Membre
Monsieur RASOLO Nandrasana Georges Merlin, Membre
Madame RAHELIMANANTSOA Rondro Lucette, Membre
Monsieur ANDRIAMAMPIANDRA Mamy Jaona, Membre
et assistée de Maître RALISON Samuel Andriamorasoa, Greffier en Chef.


© -

Repost 0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 13:37

La CES divisée !

 

 

(13-11-2013) - Après l’annulation des candidatures de Lalao Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Andry Rajoelina, la CES est amenée à prendre une autre grande décision relative à la demande de disqualification de Hery Rajaonarimampianina.
Scrutin du 25 octobre 2013
Scrutin du 25 octobre 2013
© www.o2.mg

Disqualification de Hery Rajaonarimampianina. Le fait que l’effectif de la CES soit un nombre pair risque de compliquer la prise de décision.

La déclaration de soutien (inopportun ou calculé ?) d’Andry Rajoelina à Hery Rajaonarimampianina constitue, selon l’avocat d’un candidat, un « élément nouveau » par rapport à la demande de disqualification du n°3, quand bien même il n’aurait pas personnellement enfreint l’article 15 de la Feuille de route qui impose une obligation de neutralité au président, au gouvernement, aux chefs d’Institution et à l’ensemble de l’administration de la Transition. La question qui se pose et que les membres de la Cour Electorale Spéciale (CES) doivent poser est de savoir si « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » peut être considéré comme « complice » ou s’il s’est rendu coupable d’une « infraction par omission », quoiqu’il ne lui appartienne pas de rappeler à l’ordre les ministres et fonctionnaires d’autorité qui auraient fait campagne en sa faveur, en utilisant des biens publics, notamment des voitures administratives.

Code électoral. Pareille utilisation à des fins électorales des prérogatives de puissance publique est interdite par le code électoral dont les dispositions n’ont d’ailleurs pas été scrupuleusement respectées par les candidats. Pour ne citer que la durée de la campagne électorale qui est fixée à 30 jours pour le premier tour de l’élection présidentielle. Or, presque tous les participants à la course à la magistrature suprême, surtout ceux qui en avaient les moyens, ont pris une longueur d’avance plus ou moins équivalente à la durée légale de la propagande. Une précampagne qui reprendra probablement au lendemain de la proclamation officielle des résultats par la CES qui se prononcera par la même occasion sur le contentieux électoral. Tout particulièrement sur la requête en disqualification de l’ancien Grand Argentier qui diviserait les membres de la CES.

Voix prépondérante. Tantôt les partisans de la disqualification seraient majoritaires, tantôt c’est l’inverse. Sans compter les « abstentionnistes ». Il n’est pas exclu que l’on soit obligé de recourir à la voix prépondérante du Président puisque le partage des votes est fort possible dans la mesure où l’effectif de la CES est un nombre pair. Et ce, suite à la décision de la mouvance Zafy de ne pas proposer un représentant à Ambohidahy où les juges électoraux examinent d’office toutes les irrégularités dans le cadre du contrôle de légalité qui fait partie de leurs attributions. Avec ou sans requête.

Décès d’un candidat. En tout état de cause, la disqualification éventuelle d’un candidat soulève plusieurs questions. Et ce, par rapport aux textes en vigueur. Entre autres, la loi organique relative à l’élection du premier Président de la Quatrième République qui prévoit en son article 3.2 qu’ « en cas de décès d’un des deux candidats avant le second tour du scrutin, la Cour Electorale Spéciale procèdera au remplacement du candidat décédé par le candidat arrivé en troisième position à l’issue du premier tour de scrutin et en notifie le gouvernement lequel prend dans les quarante huit heures, un décret pour le report de la date du scrutin sous réserve des dispositions de l’article premier alinéa 3 de la présente loi organique ».

Hajo repêché ? L’alinéa 3 en question dispose que « le second tour a lieu trente jours au plus tard après la proclamation officielle par la Cour Electorale Spéciale des résultats du premier tour ». Si la proclamation se tient effectivement le 23 novembre, le second tour aura donc lieu au plus tard le 23 décembre. Ce qui ne serait pas très loin de la date initiale du 20 décembre. Le problème, c’est la loi sus citée ne prévoit pas expressément le cas de disqualification d’un candidat. Si Hery Rajaonarimampianina venait à être disqualifié, Hajo Andrianainarivelo pourra-t-il être « repêché » par la CES qui ne doit s’en tenir qu’à la loi ?

721 206 voix. Outre l’aspect juridique, il y a aussi le côté politique. En effet, en cas de disqualification éventuelle du candidat n°33, les 15,93 % de suffrages qu’il a recueillis seraient en quelque sorte devenus blancs ou nuls. Sanctionnant ainsi les 721 206 électeurs qui ont voté pour lui, du moins ceux dont le choix n’était pas forcément influencé par l’utilisation des prérogatives de puissance publique. L’autre question qui se pose est de savoir à quel autre candidat les voix du disqualifié auraient pu aller s’il n’avait pas été soutenu « en coulisse » par Andry Rajoelina et ses ministres. Logiquement, les voix jugées comme indûment ou illégalement obtenues par le disqualifié, se seraient réparties en premier lieu, entre les candidats apparentés HAT. En l’occurrence, Hajo Andrianainarivelo, Roland Ratsiraka, Camille Vital et Edgard Razafindravahy. Ils auraient certainement amélioré leurs scores respectifs sans le tour de force de …Hery.

R. O

logo_midi.jpg
 
Repost 0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 07:26
  Second tour : le suspense... encore maintenu !
(13-11-2013) - Si les résultats provisoires de la Cenit donnaient la victoire aux Jean-Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina comme candidats au second tour, le suspense est encore maintenu.
Lors du premier tour du scrutin présidentiel du vendredi 25 octobre 2013
Lors du premier tour du scrutin présidentiel du vendredi 25 octobre 2013
© www.O2.mg
Les choses évoluent d'heure en heure et les donnes changent de plus en plus. Qui vont se retrouver face-à-face au second tour ? Une question cruciale dont la réponse appartient aux membres de la Cours Electorale Spéciale qui dispose de 15 jours, après proclamation des résultats provisoires du premier tour de la présidentielle par la Cenit. Les résultats définitifs sont donc attendus dans la semaine du 20 novembre. Et cela avant que les candidats entament les campagnes électorales pour le second tour mais aussi les législatives.

De source auprès de cette cour spéciale, on annonce les études des requêtes et plaintes demandant la disqualification du candidat du H.V.M, Hery Rajaonarimampianina à cause du soutien officiel d'Andry Rajoelina. Et les "décisions sur ces plaintes et requêtes seront connues d'ici peu", selon toujours notre source, sans donner plus d'informations.

De leurs côtés, les deux candidats provisoirement admis au second tour du 20 décembre prochain essaient de rameuter les éventuels alliés. Chez Jean-Louis Robinson, la campagne sera dirigée par le Pr Eugène Mangalaza, ancien premier ministre de la Transition qui n'a pas pu mettre sur pied son gouvernement. Ce dernier a, d'ailleurs, vu Marc Ravalomanana en Afrique du Sud récemment. Il remplace ainsi l'ancien chief of staff sous l'ère Ravalomanana, Henri Roger Ranaivoson. Chez H.V.M, le candidat Hery Rajaonarimampianina serait lâché par le camp d'Andry Rajoelina, après l'histoire de soutien du président de la Transition. D'ailleurs, durant les derniers jours de la campagne pour le premier tour, les remues ménages s'entrevoyaient déjà avec l'ouverture d'un second QG au quartier d'Antaninarenina. Pour ce second tour, l'ancien grand argentier, a maintenu son directeur de campagne du premier tour qui lui a fait gagné provisoirement la seconde place.

Le suspense est ainsi maintenu. Et la décision de la CES est très attendue. Que va-t-elle décider ? Infirmer ou confirmer les résultats provisoires de la Cenit ? Du côté du candidat qui a provisoirement gagné la troisième place, Hajo Andrianainarivelo, l'on se prépare déjà à une éventuelle participation au second tour.

Solofo Andrianjakarivelo

© TGN
Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:21
10:02 - 12/11/13
Selon RFI, "Le camp du candidat Hery Rajaonarimampianina refuse toujours de commenter publiquement cet engagement. Mais il semble clairement pris à contre-pied par son mentor"

Madagascar : le silence de Hery après la confirmation du soutien de sa candidature au second tour par Rajoelina

Hery Rajaonarimampianina, candidat à la présidentielle malgache.
Hery Rajaonarimampianina, candidat à la présidentielle malgache.
RFI/ Bilal Tarabey

Par RFI

A Madagascar, le soutien d’Andry Rajoelina au candidat Hery

Madagascar : le silence de Hery Rajaonarimampianina n’a pas fini de faire des vagues. Un soutien connu sur la Grande Ile mais qui a été officialisé publiquement dans une interview accordée par le président de la transition au quotidien francais Le Monde ce week-end. Andry Rajoelina explique ouvertement avoir agi en coulisse, et prévoit d’apparaître dans la campagne du second tour de la présidentielle de son candidat . La feuille de route lui interdit pourtant en tant que chef de l’Etat de prendre parti pour un candidat. Le camp du candidat concerné refuse toujours de commenter publiquement cet engagement. Mais il semble clairement pris à contre-pied par son mentor.

 

Avec notre correspondante à Antananarivo,

« Hery Rajaonarimampianina et Andry Rajoelina se sont parlé au téléphone, il y a eu des explications », raconte un proche du candidat. « Rajaonarimampianina veut s’affranchir de Rajoelina », explique encore cette source. « C’est pour cela que Rajoelina a brûlé les feux rouges ».

 

A Relire aussi :

Madagascar: Rajaonarimampinanina embarrassé par le soutien de Rajoelina

Par RFI

A Madagascar, le soutien public et officiel d'Andry Rajoelina au candidat arrivé deuxième du premier tour de la présidentielle, Hery Rajaonarimampinanina continue de faire couler beaucoup d'encre. Dans une interview au journal Le Monde, le président de la Transition a en effet annoncé son appui, officiel, à son ex-ministre des Finances. Mais, loin d'accueillir ce soutien avec plaisir – qui était jusqu'alors un secret de polichinelle – Hery Rajaonarimampianina s'est dit «surpris» lorsqu'il a appris la nouvelle, non pas en lisant Le Monde, mais par RFI. Depuis cette annonce, un vent de panique règne du côté du candidat Hery.

Quel est l'intérêt d'Andry Rajoelina d'apporter son soutien à Hery Rajaonarimampianina et pourquoi ce dernier se mure t-il dans le silence depuis que ce soutien a été rendu public ?

Dans les éléments de réponse, il y a d'abord un argument politique. Selon Vanf, éditorialiste au quotidien L'Express de Madagascar, joint par RFI, «Hery ne veut pas de ce soutien encombrant, parce que sur ses affiches, il y a marqué 'Hery, vaovao', c'est-à-dire 'Hery, l'homme neuf'. Le problème, c'est qu'Andry Rajoelina a peur d'être laissé pour compte dans cette élection. Pour cette raison, il emploie l'expression de 'candidat de la mouvance Rajoelina', dans cette interview au Monde».

 

 

Ainsi que :

 


Madagascar: le soutien de Rajoelina à Rajaonarimampianina, un cadeau empoisonné?

Par RFI

A Madagascar, Andry Rajoelina a apporté officiellement son soutien au candidat Hery Rajaonarimampianina pour le second tour de la présidentielle, prévu le 20 décembre. « Il est le candidat de la révolution », a déclaré l'actuel président la transition malgache au lendemain de la publication des résultats du premier tour. Hery Rajaonarimampianina a obtenu près de 16 % des voix, derrière Robinson Jean-Louis (21 %) qui est, lui, soutenu par l'ancien président Marc Ravalomanana.

Avec notre correspondant à Antananarivo,

A Madagascar, le soutien de l’actuel président de la transition à Hery Rajaonarimampianina soulève beaucoup de questions et pourrait même être un cadeau empoisonné.

Dans une interview accordée au quotidien français Le Monde daté de ce dimanche 10 novembre, Andry Rajoelina annonce son soutien officiel au candidat Hery Rajaonarimampianina. C'était un secret de polichinelle. Le président de la transition n'avait jamais manqué de saluer le travail accompli par son ex-ministre des Finances lorsqu'on lui demandait qui était son candidat à cette présidentielle. Mais ce soutien officiel pose des problèmes légaux : le président de la transition n'a pas le droit, comme les membres du gouvernement, d'afficher son soutien à l'un des candidats.

 
Andry Rajoelina, le président de la transition malgache, ici lors du premier tour du scrutin.
REUTERS/Thomas Mukoya

Hery Rajaonarimampianina se dit surpris

Ce soutien pose aussi des questions de stratégie politique. Joint par RFI, l'ex-ministre des Finances, Hery Rajaonarimampianina, semble le premier surpris par ce soutien officiel. « Vous m'apprenez la nouvelle, je ne le savais pas », a déclaré Hery Rajaonarimampianina. « Pourtant, en tant que président de la transition, Andry Rajoelina ne peut pas m'apporter son soutien », a-t-il ajouté.

 

sourceRFI.png

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:15

 

Requête en disqualification. L'interview d'Andry Rajoelina sur "Le Monde" transmise à la CES
(12-11-2013) - La déclaration d'Andry Rajoelina sur "Le Monde" au cours de laquelle le président de la Transition a officialisé son soutien au candidat Hery Rajaonarimampianina n'en finit pas de provoquer des remous.

Le siège de la HCC et de la CES à Ambohidahy, Antananarivo
Le siège de la HCC et de la CES à Ambohidahy, Antananarivo
© TGN

Hier, un avocat a déposé des compléments de dossiers auprès de la Cour Electorale Spéciale afin d'appuyer sa requête réclamant la disqualification du candidat de "Hery Vaovao ho an'i Madagasikara". Parmi les dossiers déposés hier, figure notamment la copie de l'interview d'Andry Rajoelina sur "Le Monde". Bon nombre d'observateurs estiment en effet qu'une telle déclaration constitue une violation manifeste de l'article 15 de la Feuille de route qui impose une obligation de neutralité au Président de la Transition, au gouvernement, aux chefs d'institutions et à l'ensemble de l'Administration de la Transition. C'est donc une cause de disqualification d'un candidat.

Dans son dossier, l'avocat soutient que l'appareil d'Etat (Exécutif et Parlement) a soutenu la campagne électorale d'un candidat et que la déclaration du président de la Transition le confirme. Par ailleurs, des pièces additives confirmant que des agents de l'Etat ont été sanctionnés pour ne pas avoir soutenu le candidat d’Ambohitsorohitra ont été également versées au dossier. Afin de justifier sa requête, l'avocat en question réclame une audience publique, en arguant que "selon la loi sur la HCC, quand un requérant a déposé une requête et qu'un avocat est constitué pour lui, l'avocat peut demander une audience publique".

L'audience est donc une occasion pour lui de faire des observations orales et d'expliquer les faits, les motifs et les moyens qui justifient sa requête. Avec la copie de l'interview comme pièce à conviction.

Davis R.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:11

Hajo et Roland. 20% comme enjeu au 2e tour
(12-11-2013) - Les négociations sont en cours pour obtenir au second tour le ralliement des candidats battus au 1er tour.

Les résultats définitifs provisoires du 1er tour de la présidentielle par la Cenit
Les résultats définitifs provisoires du 1er tour de la présidentielle par la Cenit
© CENI-T

Après Jean Louis Robinson (21,10%) et Hery Rajaonarimampianina (15,93%), Hajo Andrianainarivelo et Roland Ratsiraka arrivent respectivement en troisième avec 10,51% et en quatrième place avec 9%. Les deux candidats ont donc obtenu au total environ 20% des voix lors du 1er tour de la présidentielle du 25 octobre. Ce pourcentage serait déterminant au second tour. Le candidat qui aurait eu ce 20% gagnerait le scrutin du 20 décembre. Ce qui ne veut pas dire que les autres candidats qui ont obtenu des scores méritants comme Camile Vital (6,85%), Edgard Razafindravahy (4,35%) et Saraha Georget Rabearisoa (4,50%) ne pèseront pas dans la balance.

Même les Radavidson Andriamparany, Pierrot Rajaonarivelo, Dadafara et Ratrema William auront leur mot à dire. La preuve, ces candidats font actuellement l'objet des tractations en vue d'alliances au second tour. Pour le moment, rien n'est encore définitif quant à ces éventuelles alliances. Les candidats attendent le verdict final de la CES.

Calcul arithmétique
Une élection n'est pas un calcul arithmétique. D'ailleurs, le report de voix n'est pas automatique à Madagascar. C'est pour cette raison que certains candidats hésitent à se positionner au second tour. Il leur serait mieux de ne pas donner des consignes de vote que de voir perdre le candidat pour qui ils roulent. En tout cas, toutes les négociations relatives à la formation d'alliances sont suspendues au verdict de la Cour Electorale Spéciale. Cette dernière étant appelée à statuer dans le jours qui viennent sur les deux requêtes de disqualification déposées contre le candidat Hery Rajaonarimampianina.

Si la Cour déclarait fondées ces requêtes, le candidat Jean Louis Robinson aurait en face de lui un autre adversaire le 20 décembre.

RAJAOFERA Eugène

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:08
Ny Hasina Andriamanjato prend l'arène du ministère de Tsimbazaza jusqu'à l'arrivée du nouveau ministre
(11-11-2013 ) - La passation de service entre le ministre du tourisme sortant et candidat aux législatives Jean Max Rakotomamonjy et son intérim Ny Hasina Andriamanjato a eu lieu lundi matin à Tsimbazaza.

Avant la signature du dossier de passation, l'ancien ministre Jean Max Rakotomamonjy a félicité son successeur et lui a souhaité ainsi qu'à tout le personnel du ministère et des organismes rattachés (INTH, NDT) plein succès dans leurs tâches. Après la signature du dossier de passation proprement dit qui stipule entre autres les dossiers en cours de traitement au niveau du ministère, des infrastructures et de choses diverses, le nouveau ministre Ny Hasina Andriamanjato a pris la parole et a souligné "qu'il est là pour assurer tout simplement les affaires courantes". Une manière de dire qu'aucun changement ne pourrait avoir lieu au sein dudit ministère mais que l'objectif est d'assurer la bonne marche de l'administration. A lui aussi de rappeler qu'historiquement, on lui a déjà proposé ce poste de ministre du tourisme en 1993, mais le premier ministre dans le temps lui a proposé le poste de secrétaire d'Etat chargé des postes et télécoms au sein du ministère de l'aménagement du territoire. Après, il a accumulé tant de postes ministériels et connait très bien l'intérim.

Parmi les dossiers qui attendent le tourisme malagasy figurent la question d'insécurité qui ternit l'image de la Grande Ile, mais aussi la mise en place d'une ou des stratégies pour la relance du secteur. Un secteur qui a été tant dit prioritaire mais qui ne l'a jamais été dans la pratique avec le peu de budget qu'on lui accorde.

Solofo Andrianjakarivelo

© TGN
 
Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:05

Insécurité: il faut prendre des mesures drastiques immédiates
(11-11-2013 ) - La question d'insécurité devient de plus en plus flagrante. Et même les zones dites touristiques sont aussi attaquées. Même si ce sont des actes isolés, c'est quand même trop inquiétant.

Vue du parc national d'Ankarana
Vue du parc national d'Ankarana
© fr.123rf.com

"Ce matin, notre groupe de 12 pax en partance pour une randonnée a fait l'objet d'une attaque dans le parc national d'Ankarana", nous a fait savoir par téléphone de Brème en Allemagne, un opérateur touristique malagasy spécialiste du marché germanique. D'après cet opérateur, "les voleurs ont pris tous les objets de valeur : caméras, appareils photos, cartes de crédit....". A lui de se demander quelles mesures sont prises par les autorités locales, les forces de l'ordre et les responsables du parc et des parcs nationaux face à cette recrudescence de l'insécurité dans les zones touristiques. Et comme ce n'est pas pour la première fois, d'ailleurs, qu'une telle situation advienne dans cette partie de l'île. "La dernière en date se passait il y a deux ou trois semaines de cela à la montagne d'Ambre où un groupe de touristes était attaqué avec leur guide local", selon toujours notre source.

Pour lui, le problème se pose surtout à l'image de Madagascar. "Même si on rassure et on dit toujours à nos partenaires que ce sont des actes isolés, nos partenaires ne vont pas nous croire et les nouvelles vont se répandre très vite de bouche à oreille et par la voie des nouvelles technologies", selon toujours notre interlocuteur.

Cette question d'insécurité se trouve parmi les gros sujets que le nouveau ministre par intérim et l'équipe du ministère du tourisme doit s'atteler au plus vite afin de ne pas ternir l'image de marque du tourisme malagasy. Un tourisme malagasy qui est déjà en de si mauvaise posture et qui se bat pour retrouver sa place sur le marché mondial.

Solofo Andrianjakarivelo

© TGN

Repost 0